Vous êtes ici

Un nouvel examen du secteur du transport scolaire et l’octroi de fonds sont des mesures positives pour combattre le travail précaire, selon Unifor

Le 15 décembre 2017

Toronto – Unifor estime que l’annonce d’un nouvel examen provincial du secteur du transport scolaire est une bonne nouvelle pour les gens de l’industrie et les élèves qui dépendent de ces services tous les jours.

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé cet après-midi qu’il allait entreprendre un examen public à compter de janvier afin d’améliorer le système de transport scolaire en Ontario. L’examen se penchera sur quatre aspects en particulier : la sécurité et le bien-être des élèves, l’équité dans les services de transport, la capacité de répondre aux besoins des élèves et la responsabilisation dans la prestation des services. Le gouvernement a aussi annoncé des fonds de 60 millions de dollars destinés directement aux chauffeurs d’autobus scolaires pour soutenir le recrutement et la rétention dans le secteur.

« Ces dernières années, Unifor a souvent fait état des conditions de travail difficiles dans le secteur du transport scolaire, y compris les heures de travail non payées, le transfert de contrat et les faibles salaires, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Nous sommes heureux de voir que la province commence à s’attaquer à ces problèmes dans le cadre d’une approche plus large visant à combattre le travail précaire. »

Le syndicat a récemment conclu une nouvelle convention collective avec First Student dans les régions de Toronto et de Durham, éliminant du même coup le temps de conduite non payé. La directrice de la région de l’Ontario d’Unifor, Naureen Rivzi, souligne que bien que le syndicat a fait des gains sur le plan de la négociation collective afin d’améliorer les emplois du secteur, le principal problème du manque de financement durable reste à résoudre, car il crée un cycle d’instabilité pour les chauffeurs et les élèves. 

« Le transport sécuritaire de nos enfants à l’aller et au retour de l’école est un service important qui devrait recevoir le respect qu’il mérite, ajoute Naureen Rizvi. Nous nous attendons à ce que la question du financement stable et permanent soit abordée dans le cadre de cet examen, ainsi que le problème des bas salaires des chauffeurs. »

Unifor représente plus de 2 000 chauffeurs d’autobus scolaire en Ontario. Le syndicat participera au processus d’examen l’année prochaine.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Shannon Devine, représentante aux communications d’Unifor, au numéro 416-302-1699 (tél. cell.) ou à shannon.devine@unifor.org.