Vous êtes ici

Unifor et Bell Aliant ont négocié un congé en cas de violence conjugale

Le 6 décembre 2017

Halifax – Aujourd’hui, le 6 décembre, Unifor et Bell Aliant ont honoré la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes avec une action concrète en négociant un congé payé en cas de violence conjugale.

« Notre entente avec Bell transmet un message d’engagement clair que nous pouvons faire une différence grâce à la négociation collective, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Il n’y a pas de meilleure manière de reconnaître le 6 décembre qu’en prenant des mesures pour mettre fin à la violence sexuelle. »

Unifor a été un chef de file en mettant en place des soutiens concrets pour les femmes vivant des relations abusives, dont la négociation du programme des intervenantes auprès des femmes dans plus de 350 lieux de travail syndiqués par Unifor et, dans certains cas, en négociant un congé payé pour les victimes.

Cette entente sur le congé payé pour les victimes de violence conjugale fait partie des négociations en cours en vue d’un nouveau contrat de travail avec Bell Aliant, et que les membres doivent ratifier.

La disposition sur le congé payé en cas de violence conjugale prévoit que les absences non couvertes par un congé de maladie ou une assurance en cas d’invalidité et qui découlent de la violence conjugale sera accordé comme une absence payée. Le syndicat a souligné que cette entente avait été rendue possible parce que Bell reconnaît que les travailleuses vivant des situations abusives ou violentes subissent d’importantes répercussions, y compris jusqu’au travail.

« L’entente d’aujourd’hui est une action importante, et je tiens à féliciter les efforts de Bell d’avoir reconnu les difficultés qu’éprouvent les survivantes de violence conjugale. Unifor va continuer à passer à l’action dans toutes les rondes de négociation afin de négocier des dispositions pour les survivantes, et contestera toutes les formes de sexisme qui mènent à la violence dans nos communautés », a déclaré Jerry Dias.

Bien que cette entente ait été établie dans le cadre d’un dialogue à la table de négociation avec Bell Aliant, le syndicat affirme que tous les employeurs devraient disposer d’une politique ou d’un programme en vigueur qui porte sur les façons dont la violence conjugale se répercute sur le lieu de travail.

« Nous avons tous une responsabilité à jouer pour éliminer la violence faite aux femmes, a déclaré Lana Payne, directrice de la région de l’Atlantique d’Unifor. Nous négocions ces dispositions au nom de toutes les femmes qui ont perdu leur vie en raison de la violence. Je félicite Bell pour son leadership. »

-30-

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez contacter la directrice des Communications d’Unifor, Denise Hammond, à l’adresse denise.hammond@unifor.org ou en téléphonant au 416-707-5794 (cell.).