Vous êtes ici

Ne touchez pas aux droits des travailleuses et travailleurs

Le gouvernement Ford a déposé un projet de loi qui, s’il est adopté, va abolir les réformes de la loi du travail les plus favorables aux travailleuses et travailleurs depuis une génération en Ontario.

Le projet de loi 47 nous montre que le premier ministre et les députés conservateurs ont choisi de se ranger du côté de leurs amis du monde des affaires plutôt que des travailleuses et travailleurs de la province.

Par ce projet de loi, le gouvernement Ford s’attaque aux travailleuses et travailleurs sur trois fronts :

  • En gelant le salaire minimum à 14 dollars et en éliminant des normes d’emploi clés, le gouvernement abaisse le seuil du travail en Ontario. Pour des millions de travailleuses et travailleurs non-syndiqués en Ontario, des normes d’emploi de qualité font en sorte que les employeurs ne peuvent pas niveler par le bas les conditions de travail en Ontario. Pour les travailleuses et travailleurs disposant d’une convention collective, des normes décentes d’emploi sont la base à partir de laquelle nous négocions de meilleurs contrats.
  • En rendant plus difficile l’adhésion à un syndicat ou le maintien du syndicat de votre choix, le gouvernement Ford dit aux travailleuses et travailleurs actuels, ainsi qu’à la prochaine génération, qu’ils devraient se contenter de moins d’équité au travail.
  • En prenant le contrôle et en fermant l’Ordre des métiers de l’Ontario et en dégradant la formation d’apprenti, le gouvernement Ford retire du pouvoir de cette instance des travailleuses et travailleurs, ce qui menace l’avenir de la qualité de la formation d’apprenti et, possiblement, des métiers spécialisés.

La majorité des Ontariennes et Ontariens soutiennent le salaire à 15 dollars et l’équité pour tous les travailleurs. Nous devons stopper ces attaques dangereuses contre les travailleuses et travailleurs.  

Télécharger un résumé des changements.

Télécharger des affiches à utiliser dans les sections locales.

Télécharger le matériel partageable « Ne touchez pas aux droits des travailleuses et travailleurs ».

Télécharger la brochure